Journée d'études "Les intellectuels et le politique au Brésil XIXe-XXe siècles"

Maison de l'Amérique Latine

Vendredi 6 mai 2011

217 boulevard Saint-Germain – 75007 Paris

Entrée libre

 

Les rapports entre les intellectuels et le champ politique au Brésil ont toujours été complexes et ambigus. Historiquement, la condition de pays « périphérique », comprenant un grand nombre d’analphabètes et fonctionnant selon une structure patriarcale et autoritaire, a conduit le monde savant à s'attribuer le rôle de porteur de la « conscience nationale » et d’agent naturel de la construction de l’État.   

Au moment de l’Indépendance, les intellectuels sont ainsi persuadés d’avoir pour mission guider la jeune nation émergente et déclinent une série de stratégies en vue de sa valorisation. Au moment de la chute de l’Empire et de l’instauration de la République, ils s’illustrent dans la lutte contre l’incapacité administrative des élites politiques et défendent l’urgence d’une réforme de l’État. Durant les années 1920, l’idéal cosmopolite qui avait marqué de son empreinte la « Belle Epoque tropicale » laisse la place à un nationalisme culturel dont nombre d’intellectuels se font les hérauts au nom de leur connaissance supposée de la « réalité » brésilienne. L’arrivée de Vargas au pouvoir en 1930 signe toutefois une rupture dans l’histoire de leurs rapports avec le pouvoir puisque beaucoup occupent dorénavant des postes dans les hautes sphères de l’État, ce qui configure une union inédite entre élites politiques et intellectuelles. Les régimes autoritaires du XXe siècle, l’Estado Novo (1937-1945) et le régime civil-militaire (1964-1985), ont ainsi pu compter sur le soutien d’une partie de l’intelligentsia, particulièrement dans l’élaboration de la politique culturelle.

Cette journée d’études vise à rassembler des chercheurs européens et américains menant actuellement des recherches sur l’histoire des intellectuels au Brésil et, plus particulièrement, sur leur insertion dans la sphère publique. Comment penser la relation entre le savant et le politique dans le temps long des XIXe et XXe siècles ? Quels sont les motifs qui enjoignent le professionnel de l’intelligence à passer à l’action? Des liens de fidélité originels, locaux, presque instinctifs ou un jeu de principes plus universel et plus rationnel qui régirait une façon de penser le monde ? À ces questions générales posées par les spécialistes d’histoire des intellectuels, d’Edward Saïd à Gérard Noiriel, s’en ajoutent d’autres plus spécifiquement liées au Brésil. Est-il possible d’identifier l’émergence de l’intellectuel brésilien comme on a daté celle de l’intellectuel français du temps de l’Affaire Dreyfus ? Quelles idées concurrentes de la Nation sont-elles fabriquées au tournant des XIXe et XXe siècles ? Comment les régimes autoritaires de Vargas et des militaires ont-ils établi un lien avec les intellectuels et quelles sphères de l’appareil de l’État ont sollicité ou suscité leur collaboration ? Mais quelles furent, dans le même temps, les formes de la contestation intellectuelle face à l’autoritarisme ?

 

9h30 – Présentation de la journée et de l'association

Anaïs Fléchet (Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines / CHCSC)

Diogo Cunha (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / MASCIPO)

Olivier Compagnon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IHEAL / CREDA UMR 7227 / IUF)

 

10h-12h30 – Intellectuels et construction nationale

Les prophètes du « Cinquième Empire » : les intellectuels romantiques au service de l’Empire brésilien (1822-1889)

Sébastien Rozeaux (Université de Lille III)

 
Caramuru, héros de l’Empire brésilien. Ou comment écrire l’histoire nationale ?

Michel Riaudel (Université de Poitiers / CRLA-Archivos)

 

Intellectuels journalistes et intervention politique dans le Brésil républicain

Maria Helena Capelato (Universidade de São Paulo)

 
Discutant: Jean-François Chanet (Sciences Po Paris / Centre d’Histoire de Sciences Po) 

 

14h30-17h – Intellectuels et régimes autoritaires

Oliveira Vianna : le statemaker de l'Alameda São Boaventura

Angela de Castro Gomes (Universidade Federal Fluminense / Fundação Getulio Vargas, CPDOC)

 
Dom Helder Câmara : une figure de clerc politique

Richard Marin (Université Toulouse 2 – Le Mirail / FRAMESPA)

 

L’histoire, la culture, l’homme brésilien : les immortels à l’École Supérieure de Guerre

Diogo Cunha (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / MASCIPO)

 

Discutante: Annick Lempérière (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / MASCIPO)

 

17h30 – Conclusions générales

Daniel Aarão Reis (Universidade Federal Fluminense)

 

Journée organisée avec le soutien du Centre de Recherche et de Documentation sur les Amériques (UMR7227), du Centre de Recherches sur l'Amérique Latine et les Mondes Ibériques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de l'Institut Universitaire de France.

 

43, rue de l'Ourcq

75019 - France

© 2015 par ARBRE. Créé avec Wix.com